Prédateurs des paysages, au mire

Devant des vues panoramiques saisissantes, on se perd et on court pour attraper notre projectif et capturer cette vision féérique en ce moment même. On peut dire que la plupart de ces photos qu’on va prendre seront bonnes, mais il y a bien une chose qui manque. Entre un photographe de dimanche, un peu voyeur, un peu esprit vagant et un photographe qui aperçoit plus que la visibilité nivelée et sans sensualité et qui pose encore la possibilité de la créativité de l’instant vécu.

Observatoire sculpture focal :

Prendre une photo paysage c’est l’essence même de l’observateur observé, car le paysage va influer votre regard avec son potentiel au long des diverses heures de son exposition et de son ambiance. Il faut fondre dans son zoom, dans la profondeur de son champ, chercher l’angle de vue le plus généreux pour une meilleure prise.

Couleurs ou noir et blanc, le choix va transpercer vos assortiments de suite, comment allez-vous vous positionner, la distance la plus appropriée de votre sujet phare et en plus de tout ça, il faut choisir la lumière la plus avantageuse pour ressortir le charme de ce paysage aimé.

Sculptez patiemment votre milieu, imbibez-vous des 360° de ce lieu. Il faut regarder avec attention les détails qui vont le plus. Un paysage vit au long des 24 heures avec diverses atmosphères et divers sujets possibles d’ameublir l’espace. Certains craignent trop la mauvaise météo, mais parfois ce même détail, fera la gloire de votre paysage.

Dés le petit matin, une ruelle naviguant dans le bouillard vous fera monter l’adrénaline dans vos veines, en mettant votre focus et en mesurant l’intensité de cet angle de vue entre deux branches mouillées, votre caméra sonnera une symphonie que vous avez écrit par cette sensibilité et finesse envers le paysage.

Les photos prises lors des orages, les tempêtes maritimes, la tombée de la neige nocturne ou autres, sont des clichés basés sur le contrastes des profondeurs et des couleurs ambiantes, donnant une meilleure structure et relief à vos sujets et à la philosophie dotant l’image.

La potion de l’émotion et de la composition

L’objectif du la caméra n’est pas subjectif, il ne traduit que notre vision et notre idée voulue. Donc, l’émotion qui imprime le cliche dans sa perfection ou dans ses défauts, est le cœur battant de l’unicité. On transmet le message selon nos choix et selon le point de vue et opinions qu’on veut partager avec notre visa avis. Certains ne veulent pas d’impuretés et optent pour les filtres purificateurs, tel le filtre polarisant.
Il n’y a pas une potion magique pour la photo que vous allez faire, il y a simplement une composition à mijoter dans une équation émotionnelle et technique équitable.

It's only fair to share...Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedInPin on PinterestShare on StumbleUpon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *